Proportion du diamant

Anatomie et Proportion du diamant

Si chaque diamant est unique, tous les diamants partagent certaines caractéristiques structurelles. L’anatomie d’un diamant, ou sa structure de base, détermine ses proportions et sa brillance. Chaque partie du diamant possède un nom spécifique et une compréhension qui vous aidera à trouver le diamant parfait.
Les diamants bien proportionnés présentent trois propriétés différentes : la brillance, la dispersion et le scintillement. Lorsque la lumière rentre en contact avec la surface d’un diamant, elle se reflète sur la table et pénètre dans le diamant. La lumière qui est réfléchie est connue sous le nom de brillance du diamant, l’éclair de lumière blanche que l’on voit en regardant une pierre. Lorsque la lumière traverse une pierre, certains des rayons lumineux sont séparés en éclairs de couleur. C’est ce qu’on appelle la dispersion. Le résultat de la dispersion (la séparation de la lumière blanche en ses différentes couleurs) est appelé « feu ». Le scintillement correspond aux éclairs de couleur que l’on peut observer lorsqu’on déplace un diamant d’avant en arrière.

Un diamant est composé de huit éléments principaux dont quatre grandes parties qui sont représentés par le diamètre, la table et la profondeur.

Ce sont la table, la couronne, le rondiste et la culasse.

Les proportions de la table du diamant comparée au diamètre, ainsi que sa profondeur comparée au diamètre occupent une place importante dans la détermination de la qualité de la taille d’un diamant.

Un diamant ayant de bonnes proportions réfléchira la lumière d’une facette à une autre (comme un miroir) et la dispersera, la reflétera par le dessus la table du diamant.

Vous trouverez ci-dessous une brève description de chacune des sept parties du diamant et de leur emplacement :

  • Diamètre : La largeur d’un diamant, mesurée de bord à bord du rondiste.
  • Table : La plus grande facette polie située sur le dessus du diamant.
  • Couronne : La partie supérieure d’un diamant s’étendant de la table au rondiste.
  • Rondiste : Le bord le plus large du diamant où la couronne et la culasse se rejoignent.
  • Pavillon : La partie inférieure d’un diamant qui s’étend du rondiste à la colette.
  • Profondeur : La hauteur totale d’un diamant mesurée de la table à la colette.
    Colette : La facette située à la pointe du diamant.

Finition du diamant

La symétrie et le poli déterminent les « feux » d’un diamant.

La symétrie du diamant

L’évaluation de la symétrie résulte de l’observation de la bonne disposition et symétrie des facettes, de la présence de facettes supplémentaires, du centrage de la colette et de la table.

Chaque facette doit être soigneusement alignée en accord avec les autres facettes. L’alignement de chaque facette doit être précis. Si tel n’est pas le cas, le diamant pourrait avoir un aspect inégal.
Bien que, à l’œil nu, les caractéristiques de finition n’aient qu’un effet minime sur l’apparence, la symétrie demeure importante.

Le poli du diamant

L’estimation du « poli » résulte de l’observation de la présence de traces de polissage plus ou moins marquée ainsi que de rayures et d’égrisures.
Le poli influence la capacité de la lumière à traverser le diamant. Il s’agit d’un critère très important pour déterminer la brillance d’une pierre. Les diamants dont le poli est faible sont nettement moins brillants car ils présentent des lignes de polissage et d’égrisures microscopiques qui brouillent la surface de la pierre, ce qui réduit également la quantité de lumière qui entre ou qui sort du diamant.

Comment le polissage et la symétrie sont-ils classés sur un certificat ?

Le polissage est évalué de la même manière que la symétrie.

  • Excellent
  • Très bon
  • Bon
  • Passable
  • Mauvais

À l’œil nu, il y a très peu de différence entre ces différents degrés. Un diamant dont le degré de polissage est bon (et non excellent) peut tout de même être une pierre remarquable. Ce n’est qu’à l’aide d’une loupe que les différences dans ces évaluations deviennent un peu plus claires.